Mental’O : votre réseau de conseillers en Orientation Scolaire & Professionnelle

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris

Un bilan d’orientation personnalisé pour trouver son chemin

Mental’O, proposent de faire le point

Article : MERCREDI 6 AVRIL 2016 LE PROGRÈS

Le passage du lycée aux études supérieures est une étape clé, parfois stressante et déstabilisante. Face à une offre de formations très large, faire un choix s’avère difficile. « Malheureusement, trop peu d’élèves choisissent vraiment leur orientation en connaissance de cause et, donc, il y a un gros taux d’échec en Bac + 1 », prévient Armelle Riou, cofondatrice de Mental’O, société spécialisée dans le conseil en orientation scolaire.

Identifier ses voies d’orientation

Pour les élèves de Terminale ou les étudiants voulant changer de voie, réaliser un bilan personnalisé est un bon moyen de faire le point, à la fois sur son profil et son projet professionnel. « Souvent, ce sont les parents qui me contactent, car ils s’inquiètent pour leur enfant. Ils m’expliquent la situation. Ensuite, le jeune me rappelle pour prendre rendez-vous », confie Michèle Turco, conseillère chez Mental’O. « Il y a des élèves qui ne sont pas à leur place par rapport au type d’études. Par exemple, certains se retrouvent à l’université alors qu’ils ne sont pas assez autonomes », précise Armelle Riou. Le bilan d’orientation aide à trouver des voies professionnelles adaptées. Notamment grâce à l’analyse de questionnaires. « On apprend au jeune à mieux se connaître, à savoir qui il est, comment il fonctionne, qu’est-ce qui le motive et l’intéresse… »

Exprimer ses envies

On peut avoir des idées, mais ne pas réussir à les exprimer correctement. Le conseiller, qui écoute attentivement pendant les séances, crée parfois des déclics. « Certains élèves sont un peu perdus par rapport à leur orientation. Ce qui est difficile aujourd’hui, c’est que les métiers de demain n’existent pas encore », conclut Michèle Turco, qui garde toujours à cœur d’aider les jeunes dans la conception de leur projet.

Delphine Barbot